1, 2, 3 : COLLATION !

Aurélie vient me consulter pour peaufiner sa préparation au marathon. Elle a des fringales et des sensations de faiblesse lors de ses séances du soir.

Aurélie : Avec le club, les deux entraînements sur piste ont lieu le mardi et le jeudi vers 19h30. Puisque je termine de déjeuner vers 13h30… ça fait 6 heures sans manger ! C’est un peu long avant une séance de fractionné ! Et, je ne sais pas quoi grignoter. J’ai peur d’avoir mal au ventre.

Le doc : Aurélie, entre le déjeuner et une activité sportive tardive, vous n’allez pas grignoter des friandises mais faire une collation équilibrée. Donc pas de culpabilité, vous n’allez pas grossir, cet apport calorique est nécessaire ! Pas d’inquiétude non plus, elle sera digeste.

Aurélie : Mais, il faut aussi que je puisse l’emporter au bureau !

Le doc : Pas de souci ! Je vous suggère une version pratique, spéciale « femme active ». En plus d’une hydratation régulière, une collation équilibrée doit comporter 3 éléments clés : des glucides pas trop rapides pour l’énergie, des protéines pour l’entretien des muscles et des fruits pour les vitamines et les minéraux ! Le plus simple est d’opter pour des gâteaux secs pas trop gras et riches en céréales. BELVITA de LU® ou GERBLE® propose des petits sachets de 3 à 4 biscuits. Ajoutez une brique de lait de soja ou de vache aromatisé type CANDY’UP®. Concernant les fruits faciles à transporter, choisissez une banane ou une pomme, voire deux mandarines. Quelques fi gues ou abricots secs conviennent également. Pensez aussi aux compotes en petites gourdes d’aluminium… ou mieux aux purées de fruits sans sucre ajouté.

Aurélie : Et quand dois-je prendre ma collation ?

Le doc : À l’heure du goûter des enfants… vers 17h30. Ainsi, vous disposez de deux bonnes heures pour digérer. Il est important que vous preniez une vraie pause de 15 à 20 minutes. Ne grignotez pas sur un coin du bureau en rédigeant un mail. Mâchez tranquillement, savourez chaque bouchée. De cette façon vous éviterez les douleurs abdominales et les fringales.

PAR LE DOCTEUR STÉPHANE CASCUA, MÉDECIN DU SPORT.

Comments are closed.