Le muscle ne sert pas qu’à bouger !

Jacques a 54 ans. Comme chaque année, il passe me voir en consultation pour sa visite d’aptitude. Il pratique la course de fond assidûment. Plutôt grand et longiligne, il bénéficie d’une morphologie adaptée.

Le doc : Faites-vous un peu de gainage ou du renforcement musculaire du haut du corps pour équilibrer votre activité ?

Jacques : Ah non ! Pas de musculation ! Ce n’est pas mon truc et ça ne sert à rien ! Je ne veux pas prendre de poids inutile !

Le doc : Jacques, je sais que vous prenez soin de votre santé! Alors chouchoutez tous vos muscles ! À partir de 20 ans, votre masse musculaire diminue de 1 à 1,5 % chaque année. À 70 ans, vous aurez perdu la moitié de vos muscles ! Des séances régulières de renforcement permettent de diviser par deux cette érosion. C’est important pour limiter les douleurs articulaires et conserver une bonne autonomie… mais pas seulement ! Il a bien été montré qu’une musculature plus développée réduisait le risque d’embonpoint, de diabète, d’infection et d’ostéoporose.

Jacques : Ah bon ! Et par quels mécanismes ?

Le doc : Les muscles sont des tissus nobles dont l’entretien est très coûteux en énergie. Ce sont de véritables aspirateurs de glucose ! Autrefois, les médecins parlaient de « diabète gras » pour nommer l’excès de sucre dans le sang survenant chez les seniors en surpoids. On sait désormais que cette anomalie biologique est surtout favorisée par le manque de muscle ! Les masses musculaires sont aussi des réserves de protéines. Et ces dernières sont indispensables à la synthèse des anticorps, véritables missiles antimicrobes. En se contractant, les muscles tirent sur les os. Ces contraintes mécaniques induisent un accroissement de la densité osseuse et une meilleure orientation de son architecture microscopique. Le squelette devient plus solide. Jacques, vous voyez bien que les muscles ne servent pas qu’à bouger !

PAR LE DOCTEUR STÉPHANE CASCUA, MÉDECIN DU SPORT.

Comments are closed.