DÉSERT MARATHON D’EILAT

Pour la première fois en Israël, un marathon est organisé dans le désert d’Eilat. SantéSportMagazine était sur place pour découvrir cet événement sportif dans un environnement atypique.

 Desert Marathon d'Eilat - SanteSportMagazine 33

Eilat est une ville portuaire de 55 000 habitants située à l’extrême sud de l’État d’Israël. Cette station balnéaire, au carrefour entre l’Égypte et la Jordanie, borde le golfe d’Eilat et s’ouvre sur le désert du Néguev.

LE DÉSERT OUVRE SES PORTES

L’office de tourisme de la ville d’Eilat et la compagnie Israel’s Marathon ont lancé, pour la première fois dans le pays, un marathon entièrement tracé dans le désert. Cet événement qui a eu lieu le 28 novembre 2014 s’intégrait à trois autres courses : le semimarathon, la course Sons Memorial en mémoire à Ilan LEVY et Yehonatan AZULAY et la course de 5 km. Ces quatre compétitions ont attiré environ 1 500 coureurs dont une centaine d’étrangers venus de 12 pays différents.

Un marathon dans ce désert n’est pas une mauvaise idée. Et la station balnéaire d’Eilat a de quoi séduire, et notamment les Européens qui viennent chercher un peu de soleil au mois de novembre. Les participants ont ainsi pu profiter d’un beau soleil et d’une température de 25 degrés le jour de la course. Idéal pour une bonne journée de sport ! Cette ville n’en est pas à sa première aventure avec les sportifs. Si c’est la première fois qu’elle organise une course de 42,5 km, elle possédait déjà un centre d’entraînement pour triathlète set coureurs. Elle attire aussi de nombreux athlètes par la pratique de ses autres activités sportives comme la plongée, la planche à voile, le ski nautique et le parachute ascensionnel.

LES PIÈGES DU DÉSERT

Si la beauté du désert nous a dans un premier temps attiré, les conditions pour les coureurs nous ont rapidement ramenés à la réalité. Le marathon dans un désert n’est pas un long fleuve tranquille. Après une longue ligne droite, nous remarquons qu’il ne s’agira pas d’une course, comme on dit, « roulante » mais plutôt d’un trail. Ainsi, nous nous retrouvons dans une côte où les nombreuses pierres sont nos compagnons de course. Mais le plus dur se trouve derrière lorsqu’il faut redescendre dans le sable mou. La température de 25 degrés nous semble tout à coup beaucoup plus chaude. Heureusement, on trouve très régulièrement des ravitaillements. L’organisation a pensé aux coureurs en leur installant un maximum d’oasis pour cette traversée du désert. Notre aventure se terminera avec un dernier kilomètre de bitume longeant la mer rouge et on se dit que finalement, on préférait les cailloux dans le silence du désert où seuls nos pas résonnaient. Une expérience sportive et humaine dans laquelle il faut, toutefois, mettre de côté ses envies de chrono. Enivré par la somptueuse beauté du désert d’Eilat, cela nous donne maintenant très envie de partir à la  découverte du marathon de Jérusalem ou bien de Tel Aviv.

Prochaine édition le 27 novembre 2015.

Comments are closed.