Volume

Margot a 16 ans. Elle vient me voir accompagnée de son papa. Elle fait du triathlon. Elle se sent un peu fatiguée et traine quelques « bobos », notamment : une tendinite à l’épaule et une douleur de rotule. Je lui demande de me décrire un peu son programme d’entraînement… Je vous glisse quelques morceaux choisis !

Margot : Je fais 8 à 10 séances par semaine. […] Le mercredi et le dimanche, on effectue de longues sorties vélo d’environ 80 kilomètres. On y intègre du fractionné dans les côtes et un ou deux passages au train de 20 minutes. […] Le mardi et le jeudi soir, ce sont les gros entraînements piscine. Ils durent plus de 2 heures avec éducatifs et des séries au chrono.

Le Doc : Margot, on se connait depuis des années. Tu sais que j’adore le triathlon et que je fais quelques compétitions chaque année. Médicalement, il a été mis évidence qu’il permettait de limiter les blessures en répartissant les contraintes sur l’ensemble des articulations. Mais là, je crois que ton volume d’entraînement est excessif… Tu fais du triathlon et tu te retrouves avec des séances type « club de natation » ou « club de vélo »… et tu te récupères des blessures de nageur et de cycliste. Dommage ! D’autant que l’augmentation de la charge de travail semble plus corrélée au risque de blessures et de surentraînement qu’à l’amélioration des performances…

Margot : C’est vrai, j’ai toujours été surprise ! En compet, je fais 20 kilomètres de vélo et à l’entraînement 4 fois plus ! Heureusement que les IRONMEN ne font pas 4 marathons … 160 kilomètres… par séance de course !

Par le docteur Stéphane Cascua, médecin du sport.

Comments are closed.