Hypoglycémie

Jean-Paul a 53 ans. Il me consulte pour sa visite d’aptitude au cyclisme. Il fait quelques cyclosportives chaque année. Il aime les épreuves de montagne, particulièrement sollicitantes. Il s’entraîne trois fois par semaine. Il essaye de sortir deux fois et complète par une séance courte mais intense sur home-trainer. Je l’interroge. Je recherche notamment des signes de défaillance cardiaque.

Le doc : Avez-vous déjà eu des malaises ? C’est-à-dire une sensation de tête qui tourne à l’arrêt de l’effort ou pendant votre activité ?

Jean-Paul : Oui, mais c’était une hypoglycémie !

Le doc : C’est souvent ce qu’on dit ! Racontez-moi et je vous dirai si ça ressemble à un manque de sucre dans le sang !

Jean-Paul : Je grimpais une côte. J’étais dans le dur ! J’ai perçu comme un voile noir devant les yeux et j’avais les jambes qui flageolaient. Je me suis arrêté. J’ai mangé un peu… et je me suis senti mieux !

Le doc : Simultanément, avez-vous senti le cœur qui tapait fort ou irrégulièrement dans votre poitrine ?

Jean-Paul : Non, ça ne me dit rien…

Le doc : C’est vrai, ça ressemble à une hypoglycémie… mais on ne peut pas exclure de mauvais battements cardiaques. On parle de « troubles du rythme ». Dans ce contexte, moins de sang et d’énergie arrivent au cerveau et les symptômes sont parfois voisins. Je vous prescris une épreuve d’effort. Alors que vous pédalerez progressivement jusqu’au maximum de vos possibilités sur un vélo immobile, l’enregistrement électrique de votre cœur recherchera une mauvaise oxygénation et des battements irréguliers. Le cardiologue complétera peut-être avec un « holter ». Ce petit boîtier portable analyse le comportement de votre cœur dans des conditions plus spécifiques ; pourquoi pas en montant une côte à vélo.

Par Stéphane Cascua, médecin du sport.

Comments are closed.