Salon Body Fitness 2017

Massages est-ce bien utile ?

De nombreuses études ont tenté d’évaluer l’efficacité du massage de récupération. Les interprétations sont difficiles… SantéSportMagazine fait le point et vous guide.

Par le docteur Stéphane Cascua , médecin du sport

 

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer l’effet des massages. Les variations de pression seraient à l’origine d’un drainage des masses musculaires, favorisant l’évacuation des « déchets » et autres « toxines »… Autant de termes obscurs pouvant faire penser à l’acide lactique, aux protéines brisées, etc. Dufour a montré grâce, à l’utilisation d’un doppler, que le massage lent, laissant les veines se remplir entre chaque pression, augmentait le retour du sang vers le cœur. Les massages permettraient également l’étirement localisé de fibres musculaires. Ainsi, les contractures musculaires, ces zones rigidifiées par l’épuisement, incapables de se relâcher par manque d’énergie, finiraient par céder. Les massages apporteraient au cerveau une quantité importante de sensations musculaires qui viendraient concurrencer les informations douloureuses. En cas de massage plus vigoureux, l’accroissement momentané de votre souffrance serait à l’origine d’une sécrétion d’endorphine apaisante dans la moelle épinière. La douleur ne pourrait plus monter jusqu’au cerveau dans les heures suivantes, c’est la théorie du « gate-control ». Enfin, le massage apporterait une détente psychologique, favorisant le relâchement et la réduction du tonus musculaire… De manière générale, les chercheurs insistent sur cet aspect.

Pas beaucoup d’effets concrets !

Au-delà des concepts, certaines études se sont astreintes à objectiver les effets de la récupération. Elles ont évalué le retour de la force, de la souplesse musculaire et le renouvellement de la performance. Elles ont également procédé à des dosages sanguins de « déchets », mais leur interprétation reste difficile. Un taux de « toxines » qui baisse caractérise-t-il une meilleure récupération… ou une mauvaise évacuation et une accumulation dans le muscle ? Pour contrecarrer cette confusion, certains chercheurs n’ont pas hésité à faire de petits prélèvements de muscle appelés « biopsies ». En pratique, Tildus met en évidence qu’un massage de 30 minutes après un semi-marathon ne permet pas une récupération plus rapide de la force maximum le lendemain et 4 jours plus tard. Hilbert a fait travailler intensément les cuisses de ses sportifs. Les massages n’ont pas accéléré le retour de la souplesse. Callagan a suivi un groupe de cyclistes en stage. Il a dosé dans le sang les enzymes musculaires qui s’échappent des muscles après lésion de leurs membranes. Il ne constate pas de différence dans les prélèvements sanguins entre les cyclistes qui ont été massés et les autres.

Quelques résultats plus encourageants

Monedero fait pédaler des sportifs sur 5 kilomètres, à 2 reprises. Les 2 sessions sont effectuées à vitesse maximum et séparées de 15 minutes au cours desquelles les modalités de récupération sont différentes. Il mesure l’altération de la performance. Le « chrono » augmente de 10 % chez ceux qui récupèrent passivement, de 8 % s’ils sont massés, de 7 % s’ils pédalent tranquillement… et de 3 % s’ils alternent massages et récupération active ! Dans les biopsies musculaires réalisées par CRANE après un parcours cycliste épuisant, on constate, chez ceux qui ont été massés, une diminution des substances inflammatoires. Mais il ne mentionne aucune information sur la récupération concrète de la fonction musculaire… Zainuddin sollicite vigoureusement les biceps des athlètes. Il met en évidence une diminution de la circonférence du bras en cas de massage, probablement grâce à son effet drainant. Malheureusement, l’altération de la force reste comparable.

Et les douleurs de courbatures ?

Afin de quantifier la douleur et de permettre des comparaisons, il est d’usage que les expérimentateurs demandent aux personnes testées de déplacer un curseur sur une règle entre « absence de douleur » et « douleur insupportable ». Pour éviter toute mémorisation des résultats antérieurs par les patients, les chiffres ne sont inscrits que de l’autre côté de la règle. Zainuddin montre que les biceps courbaturés sont 30 % moins douloureux s’ils ont bénéficié de massages. Hibert constate lui aussi une réduction de la douleur perçue dans le groupe massé… mais toujours aucune différence quant à la réduction de la force et de la souplesse. Ce contraste invite à la prudence ! Alors que les fibres musculaires n’ont pas encore cicatrisé, le sportif pourrait être tenté de renouer avec l’exercice intense au risque de se blesser ! Moraska réalise une étude plus originale pour tenter de dissocier l’effet psychologique et l’impact mécanique du massage. Sans le savoir, ses coureurs sont pris en charge par des masseurs plus ou moins expérimentés. Le soulagement est plus profond et plus durable quand le massage a été réalisé par ceux qui bénéficient d’une longue pratique. Donc, en patientant devant la tente des kinés, bien que l’effet psychologique soit important, ne visez pas que la jolie silhouette de la masseuse. Vous pouvez aussi opter pour le baroudeur à poigne velue.

Trouvez votre méthode

Aucune étude n’a évalué l’effet du massage précédé de 15 minutes de piétinement en faisant la queue comparé à un retour rapide à la maison suivi d’un grand bain chaud… dommage ! Personnellement, je préfère la deuxième solution. Vous l’avez compris, l’idéal consisterait en un décrassage « cool » suivi d’un massage cosy. La première étape, la récupération active, favorise la restauration de la force et de la souplesse. Elle doit oxygéner, drainer et « mécaniser » le muscle en douceur. Ces activités sont donc peu intenses, sans impact ni freinage, et mobilisent le muscle sur de bonnes amplitudes. La fraîcheur et la pression de l’eau sont les bienvenues. Moulinez à vélo. Personnellement, lors des courses parisiennes, il m’arrive d’utiliser un Vélib’. Allez brasser quelques longueurs. C’est une bonne option si, en compétition loin de chez vous, votre hôtel est pourvu d’une piscine. Le second acte, le massage, a surtout pour effet de limiter les douleurs. Il devrait potentialiser les effets psychologiques unanimement reconnus. Il aurait lieu dans un endroit calme, à la lumière tamisée. Une musique douce participerait à votre détente. Il s’associerait à l’application d’une crème aux huiles essentielles, comme l’huile de massage à l’arnica aux multiples vertus. Pour le plaisir, testez le concept ! Offrez-vous cette prestation, entre des mains compétentes, dans le Spa de votre hôtel ou un institut spécialisé, même le lendemain. Et faites-vous votre opinion ! ■

___________________________________________

massage-weleda-santesportmagazine

VIVE LES COURBATURES !

Rien ne dit qu’il faille lutter à tout prix contre les courbatures… notamment grâce aux massages. Au cours d’un exercice comportant de la course et des sauts, le muscle se voit imposer un gros travail de freinage. À chaque réception, l’articulation suivie des membranes du muscle partent dans un sens. Simultanément, les fibres musculaires tirent dans la direction opposée. À la jonction, il se produit de nombreuses microdéchirures. Dans les deux jours qui suivent, les globules blancs arrivent pour nettoyer les dégâts tissulaires. Ils provoquent un syndrome inflammatoire, source de douleurs et de courbatures. Dans le même temps, ils enclenchent le processus de réparation et de renforcement. C’est le fameux cycle « décompensation/surcompensation », source de progression. L’inflammation constitue un processus naturel qu’il faut probablement respecter. Elle est à l’origine de douleurs informant que la récupération n’est pas encore complète. Elle stimule la cicatrisation et bon nombre de médecins hésitent désormais à donner des anti-inflammatoires dans les 48 heures qui suivent un traumatisme. Alors, si vous êtes joueur de football de ligue 1, si votre métier consiste à enchaîner un match de championnat et un match de coupe d’Europe à 3 jours d’intervalle, optez pour les massages antidouleur musculaires ! Si, pour le plaisir, vous courez 2 marathons par an, peut-être faut-il profiter de cette formidable séance de 42 kilomètres pour progresser. Quitte à mijoter un peu dans vos courbatures.

Comments are closed.