Boxe et culture: des mots qui cognent

La boxe est un sport à part. Elle a de tout temps attiré les actrices, les chanteuses, les bad boys, les mafieux mais aussi les écrivains. Retour sur quelques livres dédiés au noble art.

Par Gaëtan Lefèvre

Scènes de BoxePendant des années, les boxeurs sont montés sur le ring pour sortir d’une situation précaire. Ils ont pris des coups en espérant un avenir meilleur. Peu de sports marquent autant. Peu de sports sculptent auta

nt. «Les cicatrices au coin des yeux, le nez écrasé, les oreilles en chou-fleur, ce sont les médailles du ring», décrit Élie Robert-Nicoud, auteur de l’ouvrage Scènes de boxe. Également connu sous le pseudonyme de Louis Sanders, l’écrivain place des mots sur des tranches de vie de héros du ring. Il raconte ce qui définit la boxe et les boxeurs. Les parcours, les conditions et les légendes qui suivent ces gladiateurs. Un sport qui fait rêver l’auteur, qu’il n’a pu pratiquer par refus de son père, lui-même boxeur. Comme de nombreux cogneurs, ce dernier refuse de voir son fils monter sur un ring, prendre des coups, sacrifier son corps et sa tête. L’auteur ouvre son livre par cette attitude propres aux boxeurs. « Je sais aujourd’hui que les boxeurs haïssent la boxe, ou qu’ils l’aiment comme on aimerait ses propres défauts ou comme un mineur aime la mine qui le nourrit en même temps qu’elle ronge sa santé.»

Ali sans filtre

Mohamed Ali, Sans filtrePeut-on parler de boxe sans aborder Mohamed Ali? En 2017, il continue d’être une icône, sujet de nombreux ouvrages. Les éditions Talent Sport publient un livre original de photos et de citations, Mohamed Ali sans filtre. Dans celui-ci, vous découvrirez le boxeur, le combattant mais aussi l’homme qui se cache derrière, le militant, l’icône, le tout en images. «Pendant ma carrière de boxeur, vous n’avez pas vu le vrai Mohamed Ali. Vous avez juste vu un peu de boxe. Vous n’avez vu qu’une partie de moi. Mon vrai travail a commencé après avoir raccroché les gants. J’ai embarqué pour un voyage d’amour.»

Un autre ouvrage sur Mohamed Ali, Le combat du ciel, est paru, fin 2016, après sa mort, aux éditions Globe. Dans celui-ci, le journaliste Victor Bockris livre ses échanges avec le boxeurs mais aussi quelques poèmes de ce dernier qu’il avait fait lire au journaliste américain.

Et les Frenchies

Jean-Marc MormeckDans cet univers de la boxe et de la littérature, les Frenchies ont également leur place. Récemment, les éditions Amphora ont publié un ouvrage sur l’ancien champion du monde WBA et WBC des lourds-légers, Jean-Marc Mormeck. Dans Jean-Marc Mormeck, le boxeur guadeloupéen se livre à travers un jeu de questions-réponses avec le journaliste Éric Coutard. Il raconte son enfance et sa mauvaise relation avec son père qui l’orientera involontairement vers la boxe pour «qu’il me regarde. [écrit le boxeur] Il va me regarder parce que je vais l’obliger, l’inviter à le regarder». Il répond aux questions sur sa préparation à un combat, son retour raté dans la catégorie des lourds face à Wladimir Klitschko, sa carrière et sa notoriété. Au milieu de tout cela, Jean-Marc Mormeck aborde également les dangers de la boxe et les risques de commotion cérébrale. La réalité du terrain qui montre que même après un KO, on retourne à la salle le lendemain pour s’entraîner. Le boxeur affirme qu’il «a fait ce qu’il fallait qu’il fasse»… quelles que que soient les conséquences. Dure réalité du sport professionnel d’aujourd’hui !

Comments are closed.