POLEMIQUE: FitGame, la musculation sur le web est-elle dangereuse?

cf-3

Le FitGame, phénomène de société regroupant une communauté de passionnés de la musculation sur le web, est très en vogue. Malheureusement, la pratique d’une activité physique, via des réseaux sociaux ou des forums, ouverts à tous, n’est pas sans danger. Benjamin Hennequin, consultant conférencier spécialiste dans la musculation, fait le point sur les risques d’une telle pratique.

Par Benjamin Hennequin

S’intéresser à son bien-être, à la remise en forme ou plutôt à la performance revient, pour un certain nombre de personnes, à « pratiquer la musculation ». Que ce soit en complément à un sport comme les arts martiaux, dans un objectif précis comme celui d’être en bonne santé ou encore vécue comme passion, celle de se muscler, d’être fort… la pratique de la musculation a pris de l’ampleur. Le phénomène du FitGame également! Le développement « logique » du web dans le monde de la musculation modifie les pratiques, entraîne des changements radicaux ou temporaires. Attention toutefois à ne pas suivre cette pratique aveuglément! Le plus grand danger provient de la surabondance d’informations fournies par le web. Quels sont alors ces dangers et comment s’en prévenir? Comment mettre à profit le développement d’Internet pour en faire bénéficier sa pratique et sa santé? Ces questions seront traitées dans trois domaines spécifiques: les salles de sports, la pratique de la musculation (comme activité principale) et la musculation en tant que complément dans une pratique sportive.

Le FitGame, qualité ou visibilité?

Le FitGame définit la société virtuelle qui se développe autour du monde de la musculation, des individus attirés par les débats et les controverses. Ils communiquent et se développent par le partage, les échanges et le business consécutif au développement exponentiel de ce monde de la musculation. Un des soucis majeurs du monde de la musculation correspond justement aux dangers résultant de sa pratique par et sur le web. Un des risques du FitGame est, notamment, la mauvaise compréhension d’un élément indispensable à notre pratique: l’exemple le plus représentatif étant la recherche du mouvement juste. Grâce au web, plus besoin de coaching, des vidéos vous montrent « comment réaliser un tirage vertical »… mais aussi, ce qu’il ne faut surtout pas faire, sans distinction.

Les fitgamers: égéries, youtubeurs, coachs, pseudo-coachs sans diplômes… se retrouvent face à une surabondance d’informations, à la fois comme sources et destinataires. Un business se développe et la visibilité, la communication prennent la place de la qualité. Cette surabondance d’informations mène à l’étouffement. S’il est, bien entendu, intéressant d’obtenir de l’information, des questions s’imposent: à qui sont destinées ces informations? D’où viennent-elles? Quelle légitimité ont-elles? Etc.

Les notions de qualité et de validité de l’information se trouvent remises en cause, non pas par la recherche ou une avancée majeure mais par la visibilité. Cette visibilité se fait à hauteur du nombre et du type de recherches. Ainsi, un fait se révèle évident par le taux de visionnage des articles, photos, vidéos non scientifiques, vulgarisés à outrance. Il faut bien comprendre que l’économie de l’information est réelle et extrêmement présente.

Le surplus d’informations que l’on trouve sur le web démontre une démocratisation de la connaissance de la pratique. Cet excès entraîne, comme toute évolution, des dérives. Une personne lambda, monsieur X, peut partager quasi gratuitement ses passions. Que ce soit par écrit, image ou vidéo. Tout le monde a accès à ces informations. Ce qui n’est pas une mauvaise chose. Cela nous offre un panel culturel, ethnique et psychologique très enrichissant. Malheureusement, parmi ces informations, aucun filtrage n’est réalisé.

L’échelle de connaissance

Sur le web, un passionné peut avoir une place beaucoup plus importante qu’un chercheur… alors qu’il n’est pas forcément formé. Parallèlement, si Monsieur X devient une « référence » pour des millions de personnes, il gagnera en légitimité. La visibilité faisant office de référence. Sans que la formation, le savoir-faire ou la connaissance soient pris en compte. Les informations qu’il donnera aux fitgamers se retrouveront dans les premières pages des moteurs de recherche, alors qu’un expert dans le domaine ne sera pas lu. La visibilité fait le filtrage, non la compétence.

Comparons les youtubeurs « muscu », aux millions de vues sur leurs vidéos, et un expert scientifique, traitant le même sujet. C’est ici que nous touchons le point crucial pour comprendre les dangers du web: la différence de langage. Qu’est-ce qui différencie réellement un fitgamer lambda et un chercheur? La compétence? Certes. Mais quel est le point qui revient généralement? Nous nous appuierons sur l’étude réalisée sur le groupe Facebook « Bhcfitgame: débats, mythes et controverses dans le monde de la musculation ». Les experts parlent leur langage scientifique tandis que les fitgamers eux, s’expriment en français courant, voire vulgaire. Ce constat frappant a bien évidemment été relevé par la communauté des chercheurs. Ils ont donc commencé à vulgariser leurs découvertes, et leurs articles. Cependant, une vulgarisation à l’extrême prend le pas sur la connaissance et la compétence. Si des personnes se présentent comme « spécialistes », personne n’ira vérifier l’information. Ces partages d’informations deviennent encore plus dangereux lorsqu’il est question de santé, de régime, de médication…

Pour gagner sa vie sur le web, il faut être vu. Pour être vu, il faut proposer des vidéos qui sont abordables au plus grand nombre et qui attirent. Connaissance et compétence ne viennent qu’au second plan. Si l’on cherche, certes, la réponse juste, ce sont la reconnaissance et le sentiment d’appartenance qui vont primer. Nous nous trouvons donc face à un cercle vicieux. Qu’importe le moyen tant que la visibilité est là.

Le besoin de s’épanouir apparaît comme une évidence. Le moyen utilisé, en revanche, reste propre à tout un chacun. Le souci résulte de la recherche de la solution miracle par un apport extrinsèque comme les promesses d’abdos fessiers de rêve en quelques minutes, de régimes flash et autres promesses que l’on retrouve sur le web. Quels que soient votre objectif et vos motivations, vous trouverez une solution appropriée sur le web! C’est une spécificité de la musculation! Vous trouverez des solutions-miracles à toutes vos demandes. Il faut relativiser et revenir à une question simple: si la méthode-miracle existe, pourquoi tant de personnes sont si mal dans leur peau et n’arrivent pas à atteindre leurs objectifs?

La culture web?

Nous faisons de l’engouement pour le web un besoin et un constat: le besoin de se (re)mettre au sport avec le minimum de contraintes et le constat relevé par les enquêtes de BHC dans de nombreuses salles de musculation, du non-encadrement des pratiquants. La recherche d’informations s’effectue dans les sources disponibles sur Internet (et rapidement accessibles): le « copain » de salle de sport et la recherche sur des moteurs de recherche tels que Google. Concernant le « copain » de salle, il aura lui-même appris d’un autre ou par ses propres recherches.

Depuis les années 2010, l’engouement pour le web passe un tournant majeur avec l’utilisation progressive des réseaux de partage de vidéos, de photos et de débats sur des sites tels que YouTube, Instagram ou encore Facebook. Il existe aussi de nombreux forums qui sont la base du développement de ce monde-là. À l’inverse des coachs, l’accès à la plupart des informations sur le web est gratuit. Vous retrouverez les mouvements filmés quelques heures auparavant par un des « mecs musclés » de la salle de musculation que vous fréquentez.

Le FitGame est gouverné et organisé par l’image et la visibilité. Cet engouement pour la musculation sur le web se développe en parallèle des médias qui eux aussi se développent à outrance. Depuis des dizaines d’années, se met en place l’archétype d’un corps parfait: hyper-musclé et hyper-sexué. Il suffit de constater l’évolution des mensurations des jouets dès notre enfance. Ensuite, les followers et le « like and share » guident la vie de millions de pratiquants au quotidien. Cette recherche du corps « parfait » entraîne de puissants troubles qui deviennent « normaux » et « habituels » puisque de nombreuses personnes sont touchées. La responsabilité majeure des médias dans la diffusion des idéaux corporels ne peut être mise en doute. Cette influence des médias pro-musculation chez les pratiquants entraîne donc des conséquences bénéfiques et néfastes, selon l’action du pratiquant, sur leur pratique, sur leur bien-être mais aussi au niveau psychologique. Cela va également plus loin avec les principes clés prônés par de nombreuses communautés : le « No Pain No Gain ». Certes cet adage peut être motivant, mais il se révèle aussi synonyme de risques. Nous passons généralement tous par une phase de destruction, facteur psychologique classique. Cependant, il faut rapidement muter à la phase de compréhension et d’interprétation pour avancer sur le chemin de la santé et du bien-être.

Le développement de la musculation sur le web, nous l’avons vu, a permis à d’illustres inconnus de se faire connaître. Au quotidien, des fitgamers partagent leur vie musclée. Photos et vidéos à la salle sont constamment partagées sur les réseaux. Avec le système de la « story », ou directement sur le réseau SnapChat, le besoin qui s’est développé grâce aux réseaux prend le pas sur le simple partage de la passion. Vous pouvez suivre « les aventures » des inconnus (et de fait, les personnes qui se font connaître) au quotidien: leurs repas, leurs courses… Une véritable télé-réalité s’est mise en place. Malheureusement, certaines personnes prennent pour véridiques et sains les conseils que transmettent au quotidien ces fitgamers. Le risque que nous relevons ici est l’exemple type du célèbre « riz-dinde » du youtubeur Tibo Inshape. Régulièrement, vous pouvez entendre : « tu sais, pour progresser c’est riz-dinde ». Les dérives peuvent très rapidement se mettre en place!

Une remise en cause de ce système?

Le seul doctorat, au niveau français, engagé depuis 2016 sur le FitGame français n’est pas une étude tentant de changer le monde de la musculation. En revanche, cette recherche permet de mettre au jour un lien qui s’est formé entre musculation, web, business et communauté. Sans les fitgamers, sans le FitGame, ce business lucratif n’existerait pas. Le développement exponentiel (et donc tous les côtés positifs pour la santé) n’a été permis que par le développement de ce FitGame. Il faut donc se préserver et apprendre à naviguer dans ce monde de la musculation sur le web. Afin de comprendre comment sensibiliser nos proches aux dangers du web et éviter ces derniers, il faudra prendre en compte la peur d’oser et la fierté de réussir. L’ego y est important. Le regard des autres, qui devrait être bienveillant et bénéfique pour notre pratique, peut être clairement destructeur. S’il faut relativiser, bien évidemment, une tranche importante des personnes pratiquant la musculation se retrouve dans l’une des catégories dangereuses dont nous avons parlé.

Comment alors l’éviter? Prendre un coach semble être la meilleure solution. Cependant, de nombreuses personnes ne le souhaitent pas car elles savent qu’elles peuvent atteindre leurs objectifs seules, chez elles.

Trouver la bonne information?

La recherche de la juste information passe par la participation aux débats et la lecture sur le web (recherches sur le web et dans les ouvrages). Il faut trouver les personnes qui vous correspondent et qui semblent répondre à vos besoins. Enfin, il faut tout simplement apprendre à trouver par soi-même les bonnes réponses. Dit ainsi, cela semble certes simple mais pour ne pas retomber dans ce que nous venons de voir, il faudra un peu de travail.

Lorsque vous cherchez une réponse à une question, vous devez prendre en compte trois types de réponse. Les réponses allant dans un sens semblable à votre idée, les réponses allant contre et enfin les réponses neutres.

Par exemple, si vous vous posez la question: « combien d’œufs est-ce que je peux consommer par semaine pour gagner en masse musculaire? », voici les réponses possibles: « Vous pouvez manger autant d’œufs que vous le souhaitez »; « Il faut faire attention à son taux de cholestérol dans le cadre d’une consommation excessive d’œufs »; « Il est conseillé de ne pas dépasser la consommation d’un certain nombre d’œufs par semaine ». Face à ces trois réponses, vous devez faire un choix.

Il faut tout d’abord se renseigner. Il faut aussi décortiquer les réponses. Ce n’est pas parce que la réponse semble longue avec des mots compliqués que cela signifie que c’est la bonne réponse. Une fois sélectionnées celles qui vous semblent les plus intéressantes, il faut comparer la source de ces réponses. Est-ce un youtubeur? Un coach? Un chercheur en nutrition? La validité de l’information sera donnée par les personnes les plus crédibles. C’est pour cela qu’il est important d’avoir plusieurs types de réponse.

Trouver la bonne réponse sur le web sans avoir les compétences et connaissances nécessaires à la compréhension du sujet est difficile. Avec le temps, vous allez relever des expressions, des auteurs scientifiques qui vous donneront quasi directement la bonne réponse. L’important est, et restera, la diversité des réponses. Toutefois, deux scientifiques peuvent s’opposer sur le même sujet en ayant deux réponses différentes, s’appuyant sur de véritables sources. Il faut donc ne jamais oublier que personne ne possède la science infuse.

Pour conclure, j’aimerais vous parler rapidement des formations sur le web, quel que soit le sujet (nutrition du sport, crosstraining…). Généralement payantes, il faut toutefois faire attention car l’origine peut être très douteuse. Certaines formations proviennent d’universités et donc demeurent, selon moi, des valeurs sûres. Elles vous donnent des bases pour affronter la surinformation.

La musculation sur le web est un sujet passionnant qui attire et repousse par ses spécificités. Devenir fitgamer se fait naturellement par l’intégration de communautés. Le processus d’intégration se déroule presque naturellement par des étapes progressives. La spécificité du FitGame est bien cette évolution par l’utilisation des réseaux sociaux. Une véritable société virtuelle s’est développée et, pour la comprendre, pour progresser dans le monde de la musculation sur le web, il faut en faire partie. Une séquence de séduction se met en place dès que vous faites des recherches sur le web. Tout d’abord, on se renseigne, ensuite on partage son évolution pour être aidé et enfin, on aide soi-même les personnes qui commencent à nous suivre. Il est très facile et rapide de tomber dans ce cercle vicieux. Le plus grand danger du web serait donc de tomber dans une dépendance fébrile au web. Cette domination du web prend le pas sur la raison et la santé!

Comments are closed.