Tag Archives: edito

LE CŒUR DU TRAILEUR SE FATIGUE…

Laurent me consulte pour obtenir son certificat d’aptitude au trail. Il pratique du « longue distance ». Le doc : Comme chaque année, on va faire un bilan cardiologique. Laurent : Je ne suis pas inquiet. Les sports d’endurance, c’est excellent pour le coeur ! Le doc : Oui, à « dose santé » ! Jusqu’à 1 heure par jour… comme nos ancêtres du paléolithique ! Vous pratiquez l’ « ultra » ! Nous ne sommes probablement pas programmés pour courir 40 à 60 heures d’affilée ! Laurent : Quels sont les dangers ? Le doc : Les études montrent plusieurs phénomènes. En effectuant des échographies du coeur à l’arrivée des trails, on voit qu’il se contracte moins fort et se vide moins bien. Il est vraiment fatigué ! On constate également que des protéines cardiaques passent dans le sang. Les mêmes qu’au cours d’un...

Read more

DE TOUTES NOS FORCES

Le triathlon a tenu l’affiche ces derniers temps grâce au superbe film de Nils TAVERNIER, De toutes nos forces. Notre sport y tient un rôle principal et est présenté une nouvelle fois par sa pratique la plus difficile qu’est le longue distance. Il y a une très grande diversité de pratique offerte par la fédération du sprint, facilement abordable à la majorité d’entre nous, au plus long qui permet à certains de relever des défis personnels. Évidemment le regard du sportif amateur sur cette pratique extrême est souvent mêlé d’admiration et de crainte. Outre la difficulté liée au nombre de séances qu’il faut introduire dans le planning hebdomadaire, souvent il y aussi l’inquiétude de la blessure. Si l’enchaînement de trois sports pouvait faire craindre une multiplication des risques, il n’en est rien en réalité. Nous savons aujourd’hui que la traumatologie est faible et que c’est...

Read more

NAGEUR : JOGGING OBLIGATOIRE

Anne est accompagnée de sa maman. Elle vient me voir pour sa visite d’aptitude à la natation en compétition. Elle a 16 ans. Elle est en première et bénéficie d’horaires aménagés. Elle s’entraîne tous les jours en fin d’après-midi soit douze à quinze heures par semaine ! Un classique pour côtoyer le niveau national ! Le doc : Dis-moi, Anne, fais-tu aussi un peu de footing ? Anne : Non mais on fait de la « musculation à sec » très régulièrement, presque à chaque séance. Le doc : C’est bien ! En plus d’accroître ta puissance musculaire et tes performances, le renforcement musculaire limite les douleurs dans les épaules et le dos, fréquentes chez les nageurs de haut niveau. Dans l’idéal, il serait bon que tu trottines trente minutes, au moins une fois par semaine. Ton entraîneur peut aussi intégrer de la corde à...

Read more

1, 2, 3 : COLLATION !

Aurélie vient me consulter pour peaufiner sa préparation au marathon. Elle a des fringales et des sensations de faiblesse lors de ses séances du soir. Aurélie : Avec le club, les deux entraînements sur piste ont lieu le mardi et le jeudi vers 19h30. Puisque je termine de déjeuner vers 13h30… ça fait 6 heures sans manger ! C’est un peu long avant une séance de fractionné ! Et, je ne sais pas quoi grignoter. J’ai peur d’avoir mal au ventre. Le doc : Aurélie, entre le déjeuner et une activité sportive tardive, vous n’allez pas grignoter des friandises mais faire une collation équilibrée. Donc pas de culpabilité, vous n’allez pas grossir, cet apport calorique est nécessaire ! Pas d’inquiétude non plus, elle sera digeste. Aurélie : Mais, il faut aussi que je puisse l’emporter au bureau ! Le doc : Pas de souci !...

Read more

DU VERT DANS LA VERDURE

Thierry vient me consulter pour sa visite d’aptitude à la course de fond. L’année dernière, il a commencé le trail. Il profite de notre rencontre pour me poser quelques questions : Thierry : Lorsque l’effort se prolonge plus de deux ou trois heures, je sature des aliments sucrés. J’en ai parfois la nausée… Que me conseillez-vous de manger ? Le doc : Votre saturation gustative est logique. Après de longues heures à transpirer, vous avez perdu de l’eau et du sel. Votre corps vous demande du sodium… Sa concentration insuffisante dans le sang, l’hyponatrémie, peut provoquer des maux de tête et des vomissements. Thierry : C’est vrai, j’ai envie de salé ! Quels sont les aliments les plus adaptés ? Le doc : Je vous recommande les oléagineux et notamment, les pistaches salées. Au cours d’un effort prolongé et peu intense, vous brûlez une proportion...

Read more

BONNES RÉSOLUTIONS ET MAUVAIS DÉPART

Laurent a 42 ans. Il y a 3 mois, il a décidé d’arrêter de fumer. C’est bien ! Mais il a pris un peu de poids… ce n’est pas très grave ! Du coup, pour limiter les dégâts, il s’est mis au footing. C’est une bonne idée… mais peut-être pas n’importe comment ! Plus jeune, il a fait du vélo, il n’était pas trop mauvais. Alors, la forme est revenue assez vite. Il a couru tous les jours 3 kilomètres en 15 minutes pendant 2 semaines, puis il est venu me voir pour me montrer la face interne de son genou gauche… Laurent : Ce doit être une tendinite… c’est vrai, j’ai commencé un peu fort ! Le doc : Je pense que vous avez à moitié raison… Vos débuts tiennent un peu du stage commando ! Mais, je ne crois pas que ce soit...

Read more

SPORT, SANTÉ ET BUSINESS SONT COMPATIBLES !

En cette période de morosité climatique et économique, j’ai eu envie de vous raconter une belle histoire vraie­ ! Celle de la marque LOOK® ! Cette entreprise a inventé les fixations de ski qui se déverrouillent lors de contraintes en rotation. Le vieux câble tendu disparaît et le risque d’entorse du genou diminue considérablement ! La médecine du sport ne peut que saluer autant de créativité bénéfique à la santé ! Malgré ce pas de géant, la société perd de l’argent. Elle est rachetée pour une bouchée de pain par un homme d’affaires qui aime le sport… Bernard TAPIE ! Pour lui, l’analyse est simple­: LOOK® ne s’en sort pas car son activité est trop saisonnière ! Il lui faut un marché estival où il lui sera possible de décliner son concept de fixations ! À l’époque, le businessman est déjà fortement impliqué dans le...

Read more

SPORT À 30, 40, 50 ET 60 ANS : PRUDENCE

Philippe a 50 ans. Il vient me voir pour son certificat d’aptitude au cyclisme en compétition. Pour cause de douleurs articulaires, il a arrêté le marathon il y a 4 ans. Depuis, il participe à des cyclosportives. Je procède au bilan cardio-vasculaire classique. Tout est rassurant. Nous parlons nutrition et entraînement. Néanmoins, je conclus en lui proposant de réaliser une épreuve d’effort. Il faut que Philippe pédale jusqu’au maximum de ses possibilités alors qu’un électrocardiogramme surveille l’oxygénation de son cœur. Il a peut-être quelques plaques de graisse qui obstruent partiellement les artères de son cœur. Au cours du sport, elles pourraient se déchirer et provoquer une crise cardiaque. Philippe : Encore ! Vous m’avez déjà prescrit un test d’effort il y a 5 ans, quand je faisais de la course de fond ! Désormais, mes séances sont plus longues mais moins intenses ! Le doc...

Read more

ÉMONDAGE !

Anne vient me voir avec son fils Kévin de 15 ans. Il pratique le foot à bon niveau. Il est gardien de but. À la rentrée, il veut aussi jouer au tennis. Alors, elle m’interroge. Anne : « Docteur, j’ai peur que ça fasse beaucoup, il a déjà deux entraînements et un match par semaine. Surtout, son entraîneur dit qu’à son âge, il doit désormais se spécialiser dans un seul sport. » Le Doc : « Puisqu’il travaille bien à l’école et qu’il souhaite faire du tennis une fois par semaine, ça devrait passer ! Je suis également pour conserver de la diversité psychomotrice. À l’adolescence, le système nerveux passe par une phase d’émondage. Les réseaux de neurones sous-utilisés disparaissent au profit des plus sollicités. Comme si on détruisait les routes départementales lentes et dispersées pour ne faire que des autoroutes plus rapides et plus...

Read more

ASYMPTOTE

Bertrand vient me voir pour son certificat d’aptitude à la course. Il est passé du marathon au trail. Alors je l’interroge : Le doc : Vous saturiez du macadam ? Bertrand : Oui, et surtout, je ne progressais plus ! Je m’escrimais à fractionner pour tenter d’améliorer la puissance de mon moteur ! Je tournais sur la piste en tartan. Mes yeux oscillaient fébrilement entre mon chrono et mon cardiofréquencemètre. Quand je partais pour de longues courses, c’est mon GPS qui accrochait perpétuellement mon regard. Je voulais conserver une vitesse moyenne correspondant à mes aspirations sur marathon. Je devenais obsessionnel ! Désormais, je suis plus cool. Je commence une nouvelle discipline. Je n’ai plus de référence de performance. De plus, pour une même épreuve, les chronos ne sont pas comparables d’une année sur l’autre. Souvent, les parcours sont modifiés et les conditions climatiques changent. Et...

Read more