BALNÉOTHÉRAPIE, LA RÉÉDUCATION EN PISCINE

L’eau qui vous détend, l’eau qui vous porte, l’eau qui vous soutient, l’eau qui vous renforce, l’eau qui vous assouplit. La théorie d’Archimède et la kinésithérapie s’allient pour vous proposer une rééducation digne de ce nom.

PAR DELPHINE LE PORQUIER, KINÉSITHÉRAPEUTE.

 

La balnéothérapie est une rééducation proposée par les kinésithérapeutes dans l’eau. L’eau est à 35°C pour une profondeur d’environ 1,10 m (hauteur à partir de laquelle il faut un maître nageur). La durée des séances varie suivant les installations dont disposent les centres de rééducation, les hôpitaux ou les cabinets libéraux (de 30 min à 1h30). Quels sont les bienfaits ?

Allègement du poids du corps apparent

« Tout corps plongé dans un fluide […] subit une force verticale […] opposée au poids du volume du fluide déplacé » (théorème d’Archimède). Grâce à la poussée d’Archimède, notre corps est allégé d’une valeur qui correspond au poids du volume d’eau déplacé. Qu’est-ce que cela veut dire ? Tout simplement que lorsque vous êtes immergé jusqu’au nombril, votre poids apparent – celui que vous ressentez – représente 50 % de votre poids réel. Par exemple, un homme de 70 kg ayant de l’eau jusqu’au nombril a l’impression de ne peser que 35 kg. Avec de l’eau jusqu’au sternum, ce même homme ressent un poids apparent de 7 kg. « Eurêka ! » (« J’ai trouvé ! », en grec). L’eau représente un moyen pratique et efficace de diminuer les contraintes exercées sur les articulations ou sur les os fracturés. Notons que la poussée d’Archimède est plus importante dans l’eau de mer que dans l’eau douce. Lorsque le taux de sel est très important, nous flottons ! Tentez de nager dans la mer morte, vous verrez que la tâche s’avère difficile ; certains y lisent même le journal allongé sur le dos… Les bienfaits de l’eau de mer sont utilisés dans les thalassothérapies ou dans les centres de cure thermale qui se situent sur le littoral.

Application : L’allègement du poids du corps permet à celui qui se fracture une jambe de reprendre plus rapidement l’appui. Il peut recommencer à marcher assez rapidement. Quand vous marchez, vous ne réfléchissez pas, c’est acquis. Quand vous vous blessez au niveau d’une jambe ou d’un pied, vous perdez momentanément l’usage de la marche. Très vite, votre corps oublie comment faire. Plus vous solliciterez tôt le schéma de marche, plus vite vous récupérerez ! L’eau vous porte, alors profitez de cette aide précieuse.

Se sentir soutenu et contenu

L’eau vous porte physiquement, mais joue également un rôle au niveau psychologique. Une blessure physique nous projette dans un moment « hors temps » où nous perdons nos repères. On s’arrête de travailler, on ne peut plus se mouvoir à sa guise (arrêt du sport), cela nous coupe plus ou moins de notre vie sociale. Même si ce n’est que pour un temps, cela affecte notre moral et nous rend vulnérable. Vous avez alors besoin d’être guidé, encadré, pris en charge, rassuré. Ce phénomène est tout à fait normal, Winnicott l’a baptisé holding ! L’altération de vos capacités physiques vous renvoie longtemps en arrière, souvenez-vous, quand vous ressentiez ce besoin primaire de protection maternelle. Vous ressentez alors le besoin, souvent exprimé à demi-mot, de vous sentir soutenu et contenu. Que ce soit dans la relation de la mère à l’enfant ou dans celle du thérapeute et de son patient, un cadre rassurant est mis en place. Votre inconscient se souvient du temps où vous étiez porté par un fluide, celui de votre mère, qui vous protégeait du monde extérieur. L’eau joue à nouveau ce rôle en vous soutenant et vous contenant. Vous êtes guidé par un thérapeute qui vous observe, vous écoute et vous éduque afin d’optimiser la guérison. Le kiné vous offre un cadre rassurant alors profitez des bienfaits induits et lâchez prise, on s’occupe de vous…

La chaleur et la détente : souplesse

La chaleur permet de détendre les muscles assez rapidement par le bienêtre qu’elle procure. Lorsque vous avez mal, vous contractez anormalement vos muscles de manière à surprotéger la zone douloureuse. Les pauvres sont alors contracturés, il faut les détendre. L’eau chaude offre un effet reposant et ouvre les vaisseaux : elle calme les douleurs. Vous avez dû vous rendre compte en prenant une douche bien chaude de l’état de tension musculaire dans lequel vous étiez, non ? Plus vous vous immergez, plus vous serez au chaud, et plus vous vous détendrez. L’eau a l’avantage de rester à une température constante et elle communique la chaleur mieux que l’air.

Application : Vos étirements musculaires sont optimisés par la détente et le bien-être procurés. Le kinésithérapeute utilise la chaleur pour optimiser les postures. La chaleur permet de gagner en amplitude articulaire en restant un moment dans la même position. Dans ces deux cas, la chaleur est un précieux adjuvant.

Le renforcement musculaire

L’eau oppose une force uniforme au mouvement, ce qui est pratique pour le renforcement musculaire. Au début, vous utilisez des flotteurs de petite taille qui offrent moins de résistance. Quand sous soupesez un flotteur, il vous paraît léger. Mettez-le dans l’eau, la résistance induite sera bien plus grande. La poussée d’Archimède allège votre poids du corps, mais vous offre plus de résistance quand on cherche à y plonger un élément flottant. Au fur et à mesure des progrès, vous cherchez à augmenter la résistance exercée sur vos muscles. Comment ? En élargissant la surface des objets que vous mettez dans l’eau. Les raquettes de plage ou les palmes sont très utiles ! Avec l’aide de raquettes de plage, par exemple, c’est vous qui mettez la résistance que vous désirez, en fonction de votre niveau. Au lieu d’augmenter les poids de votre machine de musculation en salle, accélérez la vitesse des raquettes dans l’eau !

Application : Les flotteurs tenus en mains sont très utiles. Ils aident à lever un bras sans effort, et quand il s’agit de les enfoncer dans l’eau, cela permet de renforcer vos muscles. Les exercices visent tous les groupes musculaires en fonction des besoins, en variant avec des accessoires comme les « frites », palmes, raquettes, flotteurs, altères, pagaies, bâtons et autres. La balnéothérapie est une rééducation très ludique pendant laquelle vous ne vous rendez pas compte que vous travaillez. Il faut savoir augmenter progressivement la difficulté des exercices afin de ne pas trop forcer. Trop ou pas assez ? Votre kiné vous aidera à jauger votre effort pour optimiser au maximum votre rééducation.

Les principales indications

En rééducation, les trois axes principaux sont l’amplitude articulaire, la force et l’équilibre. On retrouve majoritairement des affections comme les maux de dos ou les arthroses de genoux et de hanches. Dans ces pathologies, l’allègement du poids du corps est primordial. Le travail de l’équilibre est plus aisé dans l’eau car la peur de tomber est moins présente. C’est un formidable moyen de cultiver sa souplesse et son autonomie. La marche et l’équilibre sont les maîtres de l’autonomie durable. Une patiente m’a dit cette semaine : « Après la rééducation, je ferai de l’aquagym… Je me sens bien depuis que je viens dans l’eau, je sens mon corps mobile ». L’eau agit et apaise les douleurs dans les algo-neurodystrophies des mains ou des pieds, les capsulites d’épaules ou encore dans les fibromyalgies. Ces pathologies sont dues au stress que le corps subit ou a subi. Les kinésithérapeutes s’occupent également des affections neurologiques, des fractures ou encore des entorses de chevilles et de genoux.

En postopératoire aussi, mais il faut attendre que les cicatrices soient refermées et propres. Bref, vous l’avez compris, les indications sont nombreuses.

Les contre-indications

Avant de commencer la balnéothérapie, il faut obtenir l’accord de votre médecin. Certaines pathologies contre-indiquent la rééducation dans l’eau chaude. Les affections cutanées spécifiques, les cicatrices trop fraîches ou les problèmes d’incontinence ne doivent pas être sous-estimés. Dans le cadre d’affections neurologiques – cela dépend des patients –, la balnéothérapie peut aider comme elle peut renforcer la spasticité (contraction involontaire des muscles). A noter que la rééducation dans l’eau peut s’effectuer avec ou sans ordonnance.

Sports aquatiques : la suite de la rééducation

De plus en plus de personnes désirent être suivies sérieusement pendant leur activité physique, ce qui place le kinésithérapeute en tant que « coach sportif ». Il adapte les exercices en fonction des pathologies et surveille les postures de son patient. C’est un excellent moyen d’effectuer un sport en préservant sa santé. De nouveaux sports sont nés et vous permettent de prolonger les bienfaits de votre traitement par l’entretien régulier de votre corps.

Voici quelques idées :

Aquagym (avec votre kiné ou avec un coach sportif),

Aqua Zumba® (SantéSportMagazine féminin n°8),

Aquafooting

Aquabike (SantéSportMagazine féminin n°6),

Natation…

Conclusion

Vous l’avez compris, votre kiné est là pour vous encadrer et vous guider sur le chemin de la guérison. Attention, votre motivation est très importante ! Il ne s’agit pas uniquement de répéter les exercices. Cherchez à les comprendre et les reproduire chez vous ou en piscine pour gagner du temps. Plus qu’une rééducation, voyez ce moment comme un excellent moyen de mieux connaître votre corps. Le sport appelle le sport, alors pourquoi ne pas poursuivre un sport aquatique après votre rééducation ?

Comments are closed.