SUPERCROSS, LES COULISSES D’UN SPORT EXIGEANT

Engagement physique, défis techniques et prise de risque, tel est le quotidien des pilotes de supercross dont le maintien d’un état optimal de santé reste, tout au long de la saison, un objectif primordial. Rencontre avec Mickaël MUSQUIN, pilote professionnel, victorieux de nombreuses courses internationales dans toute l’Europe, qui nous livre les secrets de sa préparation, tout en évoquant son rapport à la chiropraxie.

Par Axel FRECHET, Chiropracteur du sport

 Supercross - SanteSportMagazine 27 - credit Valerie Onda Mx

Cousin germain du motocross, le supercross est une discipline sportive motocycliste née aux États-Unis, dans laquelle les pilotes se livrent à une course de vitesse ponctuées de sauts et de virages à négocier. Si le motocross se déroule exclusivement en extérieur, sur des sites souvent naturels aménagés pour la course, le supercross peut avoir lieu en indoor, à l’image de l’épreuve de Bercy. Un format plus propice au spectacle qui jouit d’une grande cote de popularité, les épreuves se jouant souvent à guichet fermé. Le championnat français se nomme le SX tour. Il s’ouvre avec le supercross d’Estillac dont la première édition a eu lieu cette année, et s’est clôturé à Grenoble en décembre.

DES PILOTES AU GRAND CŒUR

La pratique du supercross impose au corps bon nombre de défis physiques d’une grande intensité,  système cardio-vasculaire en tête. « Dans une manche de dix minutes, le cœur bat à 185 pulsations par minute. De plus, il faut savoir composer avec d’autres pilotes et resté concentré sur le tracé de la piste. » En effet, la fréquence cardiaque d’un pilote lors d’une course se situe entre 92 % à 94 % de sa capacité maximale (1), ce qui en fait l’un des sports de haut niveau les plus exigeants. « Une bonne préparation est bien entendu indispensable. Vélo, footing, natation… les possibilités sont nombreuses pour garder la forme. D’un autre côté, le supercross exige aussi une concentration de chaque instant et une lucidité à toute épreuve. Mieux vaut donc ne pas trop puiser dans les réserves et éviter le surmenage car, en compétition, une faute d’attention peut être fatale. »

Supercross 2 - SanteSportMagazine 27 - credit Valerie Onda Mx

MONTÉS SUR RESSORTS

D’un point de vue biomécanique, l’ensemble du système ostéo-articulaire s’expose à de lourdes contraintes : reprises d’appuis, vibrations, secousses, microtraumatismes, chutes… Les articulations vertébrales, rachis lombaire notamment, et périphériques -genoux, épaules et poignets en tête sont effectivement mises à rude épreuve lors d’une course. Pas vraiment épargnés non plus, les muscles et leurs extrémités tendineuses effectuent un travail explosif en alternant mode concentrique (contraction musculaire engendrant un raccourcissement des fibres) et excentrique (les fibres s’allongent lors de la contraction, jouant un rôle de frein au mouvement), le tout à haute vélocité. Encore une fois, une préparation adéquate est indispensable afin de préparer le corps aux exigences du pilotage. « Si chaque pilote possède sa propre routine de travail, il est conseillé de travailler en gainage afin d’améliorer la capacité de recrutement des fibres musculaires. Les exercices de pliométrie, type sauts utilisant le poids du corps, sont aussi intéressants car ils imposent aux muscles un travail similaire aux sensations éprouvées en course. Il ne faut cependant pas substituer l’entraînement technique aux exercices physiques car rien ne remplace de bonnes sensations de pilotage. »

Supercross 3 - SanteSportMagazine 27 - credit Valerie Onda Mx

LA CHIROPRAXIE AU SERVICE DU PILOTE

Comme nous l’avons vu, lors d’une course, les articulations et la sphère musculo-tendineuse sont mises à rude épreuve. Logique, dès lors, que les pilotes aient recourt à des soins adaptés. De par son expertise dans le domaine du diagnostic et du traitement des dysfonctionnements ostéo-articulaires, neurologiques ou musculaires, le chiropracteur est un thérapeute de choix dans la prise en charge du pilote (voir l’article La chiropraxie dans SantéSportMagazine n°26 ou sur www.santesportmagazine.com). Outre l’évidence de son rôle à jouer dans un contexte de blessure, son mode d’action vise à l’optimisation des performances du sportif. En effet, via les nombreuses techniques à sa disposition, le praticien va pouvoir influencer la qualité du recrutement musculaire, veiller à la bonne coordination et au bon déroulement du geste sportif et améliorer la proprioception (perception du corps dans l’espace). «­De nombreux pilotes ont recours à la chiropraxie tout au long de leur carrière, et ce même après leur retraite sportive. J’ai pour ma part recherché un chiropracteur en France dès mon retour des États-Unis où les sportifs sont exclusivement soignés par la chiropraxie là-bas. Les chiropracteurs savent répondre à nos attentes, en personnalisant leur prise en charge. Ils nous font gagner un temps précieux dans un contexte de blessure ou de récupération tout au long de la saison.­»

REMERCIEMENTS : Mickael MUSQUIN, Valérie ONDA et James LUCAS.

POUR TROUVER UN CHIROPRATICIEN : http://www.chiropraxie.com/annuaire.php

POUR SUIVRE L’ACTUALITÉ DU SUPERCROSS ET DU MOTOCROSS : http://www.espritmx.com

RÉFÉRENCES : (1) : http://www.racerxvt.com/virtual_trainer/Dr_A_heart_rate.html

Comments are closed.