Témoignage: Arja Jalkanen-Meyer – La marche nordique fait sourire le corps

Arja Jalkanen-Meyer

Psychomotricienne, éducatrice sportive, formatrice, Arja Jalkanen-Meyer a importé la marche nordique ou Nordic Walk en France. Depuis, cette activité s’est énormément développée. Elle est devenue une pratique référence du sport-santé. SantéSportMagazine est parti à la rencontre d’Arja Jalkanen-Meyer.

Propos recueillis par Gaëtan Lefèvre.

Pionnière de l’aérobic à la fin des années 1970, ancienne professeure de fitness, de gymnastique et de danse, Arja Jalkanen-Meyer a joué un rôle extrêmement important dans le développement de la marche nordique en France. À la fin des années 1980, elle participe à l’une des premières séances de marche nordique à Helsinki, sur les conseils de sa mère. Elle voit immédiatement le potentiel et l’avenir de ce sport. Peu de temps après, elle exporte ce sport en France. Pendant sept ans, elle sera ambassadrice à la FFA pour promouvoir la marche nordique. Aujourd’hui, elle possède une école de formation, AJForm, à travers laquelle elle développe des collaborations avec des organismes et propose des formations de marche nordique, et un peu de « bungy pump ».

Quelle était la place de la marche nordique avant la fin des années 1980?

La marche nordique était très confidentielle. La marche avec des bâtons, ou d’ailleurs la course, car il s’agissait plus d’un mélange de marche et de course, était uniquement pratiquée par des athlètes de ski de fond qui s’entraînaient pour l’hiver. Cette préparation physique leur permettait de ne pas perdre le geste technique.

Marche nordiquePuis vous avez découvert l’activité…

J’ai découvert la marche à bâtons sous cette forme-là dans les années 1980. De 1988 à 1997, je faisais partie d’une équipe de la fédération finlandaise de ski, de loisir et de randonnée qui s’est battue pour la reconnaissance de cette activité. Pendant dix ans, la marche nordique n’a pas décollé. Puis en août 1997, une Finlandaise l’a intégrée à ses séances de sport à Helsinki. Très rapidement, les personnes sont venues découvrir l’activité.

Quelle est la différence entre la marche avec bâtons et la marche nordique?

La marche nordique a été codifiée en tant que « technique ». Le nom « Nordic Walk » a été créé par l’INWA, l’International Nordic Walking Association. Cette fédération a été fondée par le président de la branche sport de la société de bâtons Exel. Le nom « marche nordique » est ainsi apparu. Cette personne m’a donnée des bâtons pour que je développe l’activité en France. Ainsi, j’ai pu créer la fédération française de marche nordique. Elle existe toujours sous le nom de fédération de Nordic Walking, mais le site Internet avait fermé. Je ne sais pas ce qu’elle devient.

Quels sont les bienfaits de la marche nordique?

Il existe plusieurs gestes en marche nordique. Par exemple, une gestuelle qui est employée en compétition permet d’avancer plus vite. Le geste codifié et complet de la marche nordique possède de nombreux bienfaits. Il s’agit d’un mouvement complet qui ne soit pas de la course mais suffisamment rapide pour réaliser un travail d’aérobie. Il faut pousser sur les bâtons et ne pas les laisser traîner.

Cet été, a eu lieu la première conférence internationale scientifique sur le Nordic Walking (www.nordicwalkingcouncil.com) en Finlande. De nombreux intervenants ont listé une vingtaine de bienfaits. Le plus important est un travail holistique, c’est-à-dire que la marche nordique fait travailler toute la chaîne musculaire. Ensuite, le bras et la jambe fonctionnent de manière croisée, bras gauche avec jambe droite et bras droit avec jambe gauche, ce qui améliore la circulation sanguine et la transmission des messages nerveux, les fascias sont mieux traités, et le système cardio-vasculaire fonctionne mieux. Ensuite, la vibration n’est pas trop violente pour les articulations, mais elle est suffisante pour fortifier l’ossature. La contraction musculaire tonifie. La poussée sur les bâtons permet un redressement de la colonne vertébrale et un auto-grandissement. Le geste crée de micro-rotations de la colonne. L’amplification respiratoire est optimale. Il y a de nombreux autres bienfaits. J’aime dire que la marche nordique fait sourire le corps et améliore l’humeur.

Quelles sont les précautions et les contre-indications à la pratique de ce sport?

Bien entendu, des précautions sont à prendre selon l’état de santé du pratiquant, notamment sur le niveau d’intensité. Par exemple, en montagne, le rythme cardio-vasculaire s’accélère très vite. Il peut également y avoir des inflammations articulaires, donc il faut faire attention. En revanche, la pratique est très bonne contre l’arthrose. On déconseille en cas de gros tremblements car il faut pouvoir guider les bâtons. Des contre-indications, il y en a très peu sauf si l’on entre dans une pratique de compétition. Les équipements principaux sont : les chaussures et les bâtons.

Marche Nordique en groupe et en montagne

Comment choisir de bons bâtons pour la marche nordique?

Il faut éviter de prendre des bâtons de randonnée. Ce sont des bâtons spécifiques car il faut les planter fort et s’appuyer dessus. Ce geste crée une vibration qui ne convient pas à l’aluminium. Orientez-vous plutôt vers des bâtons en fibres composites, entre fibres carbones et fibres de verre. Aujourd’hui, il existe même de nouvelles fibres. Vous pourrez trouver des bâtons de tous les prix, allant de 20 à 150 euros.

Outre les bâtons droits, il existe des bâtons incurvés qui offrent plus de propulsions. On trouve également des bâtons dynamiques à résistance avec un élastique intégré qui donne un effet d’entraînement plus important et propulse mieux.
Vous avez essayé de développer la marche nordique en France au début des années 2000.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

J’ai récemment entendu une bonne nouvelle puisqu’il paraît que nous sommes un million de pratiquants en France. Ces chiffres sont issus d’une étude de marché sérieuse de Décathlon. Dans le monde, on parle de quinze millions de pratiquants, dont quatre en Allemagne. En Finlande, la marche nordique est aussi courante que le jogging puisqu’elle compte un million cinq cent mille pratiquants, sur cinq millions d’habitants.
Il existe des pratiques très différentes. En France, une dizaine de fédérations ont chacune leur propre pratique de la marche nordique. Beaucoup de pratiquants n’ont adhéré à aucun organisme. D’autres suivent des coachs privés. La fédération d’athlétisme, quant à elle, est délégataire pour les compétitions.

Comments are closed.